VELOSORTIE25092021LAROCHEGUYON13232020210925 12593620210925 130656

VELOSORTIE25092021LAROCHEGUYON130007VELOSORTIE25092021LAROCHEGUYON 130415VELOSORTIE25092021LAROCHEGUYO130404

VELOSORTIE255092021LAROCHEGUYON

En ce samedi 25/09/21 nous organisons au sein du club une randonnée de 118 Kms avec restaurant le midi.

Au départ de 08H nous sommes 9 cyclos : Pauline, Gégé, Nicolas B , Damien, Didier, Hamid, Ghislain et les 2 Bruno. Bruno G roulera avec nous mais il ne s’arrêtera pas pour déjeuner car il a un impératif. Yves est parti un peu plus tôt et Martine et Noel partiront à 8H20 pour un plus petit parcours ( 100 Kms).

La météo s’annonce clémente pour la journée.

Nous descendons sur l’Eglise de la Frette et là …surprise, un épais brouillard recouvre la Seine. Il ne nous quittera qu’après la Roche- Guyon.

Le rythme imprimé par Gégé et Damien, relayés par les autres cyclos, est soutenu mais régulier.

Pauline apprécie de rouler dans un peloton qui suit la vallée de la Seine à une vitesse de 30 Km/h.

A la sortie de Brueil crevaison de Nicolas. Il est équipé de tubeless et la réparation va être un peu longue car le pneu entaillé nécessite la mise en place d’une chambre à air .

J’en profite pour prendre les devants car une côte se profile et j’applique les consignes de mon mentor Noël ! Didier qui ne veut pas me laisser seul dans le brouillard, m’accompagne . Nous poursuivons jusqu’à Vétheuil où nous attendons les copains.

Coup de fil de Martine et Noël qui m’annoncent qu’ils ont rejoint Nicolas et ses comparses et qu'ils viennent de finir de réparer. Ils nous retrouveront quelques minutes plus tard à Vétheuil .

C’est à ce moment que nous voyons débarquer Yves qui a tracé son propre itinéraire et qui continue sur le Vexin.

Nous, nous poursuivons le long du fleuve , Martine et Noel remontent également sur le Vexin.

La côte de la Roche-Guyon se monte sans encombre. Malheureusement le brouillard toujours présent nous empêche de profiter des beaux points de vue de la route des crêtes sur la vallée de la Seine. Notre randonnée nous fait traverser de beaux villages : Villers, Maudétour ( et son chateau), Wy-dit-joli- village ( quel superbe nom ! ) Gadancourt ( et son golf) …

A la sortie d’Avernes nous rattrapons Martine et Noel qui se sont arrêtés plusieurs fois pour vérifier le bon suivi du parcours. Il faut dire qu’ils ne sont pas accompagnés de leurs GPS préférés : Ghislain et Gégé !

Dernier «  coup de cul » à Longuesse ( pour moi c’est dans la roue de Nono) puis descente sur Montgeroult et son fameux restaurant «  les Broches du Vexin » où nous attendent Yves  (qui a eu le temps de papoter avec le chef !) et …un très bon repas bien mérité .

Très bon accueil du  « Patron » qui nous installe sous les parasols de la terrasse.

Notre ami Yves qui fête ses 75 printemps fait « péter » deux bouteilles de Crémant  ( encore merci à lui). Après une entrée rafraîchissante, nous poursuivons avec un bon poulet à la broche accompagné d’un «  Pic Saint Loup bio ».

Le repas se termine par un gâteau aux pommes auvergnat ( à lui seul il compense les calories perdues le matin !) .

Après un bon café, nous rejoignons nos montures.

Yves qui connait tous les trésors de la région me propose d’aller voir 2 beaux lavoirs à l’entrée de Montgeroult ( il n’y a pas que le vélo dans la vie ! ) .

Les copains qui ont encore des fourmis dans les jambes et à nouveau des calories à brûler préfèrent faire un retour express sur Cormeilles.

Nous avons passé une excellente journée entre potes. Cela fait du bien après cette période difficile de covid .

Merci au club pour sa participation et à l’année prochaine pour de nouvelles randos similaires.

Ghislain

Document12-page-001.jpg

2021_09_27.jpg

Ce matin, nous étions 10 vététistes au départ de cette sortie club. Direction La forêt de Montmorency, puis quelques singles dans la forêt près de Mery sur Oise. Parcours varié et technique initié par notre ami Benoit. A noter la présence de Nicolas et la participation d'un nouveau, Pierre-Henri, qui était venu se renseigner au salon des associations.

40,82 km en 3h45 - D+500m.

Lien vers la trace.        Lien vers la trace en "relive"

Jean-Luc

VELOVTTSORTIE19092021IMG 9711SORTIEVTT19092021IMG 9443

Retour sur une semaine de vacances avec la famille et les amis, en passant par l’Auvergne, Naussac et le Mont Ventoux.

Pour ma part : 380km à vélo parcourus, 7500m de dénivelé positif, 2 ascensions du Mont Ventoux, des repas bien arrosés avec les amis cormeillais histoire de bien améliorer les performances.

J1 : Week-end en Auvergne avec une première sortie le samedi, 85km et 1100m de D+ en guise de premier entraînement pour l'objectif Ventoux, en suivant l'Allier et en passant  par le lac de Champagnac-le-vieux.

J3 : Départ en voiture à Langeac, direction le lac de Naussac où on a réservé une chambre aux Terrasses du Lac (recommandé par Papa et le club de vélo !). Passage par le lac du Bouchet avec des belles grimpettes et des passages à 10%. Pauline et Ghislain sur leur vélo de course et Martine sur son vélo électrique, avec Anthony en voiture-balai. Casse-croûte bien mérité au bord du lac puis la descente vers le Bout du Monde et le viaduc de Chapeauroux , sublime ! On passe en région Occitanie après 70km et 1400m de D+ et on remet nos montures sur le porte vélos.  Heureusement car il y avait encore de beaux dénivelés avant le lac de Naussac; Ghislain dira d’ailleurs « je ne me rappelais pas que ça montait autant !! ».

velovacances2021PAULINE 1

Le soir, petite bière au soleil (et surtout dans le vent) sur la terrasse. Puis menu entrée-plat-dessert avec magret de canard aux mûres, pour bien se régénérer avec vue sur le coucher de soleil (un peu nuageux malheureusement)

J4 : Petit dej bien copieux sur la terrasse avant une nouvelle journée vélo, seulement entre père et fille cette fois ! On suit les gorges de l’Allier depuis Langogne puis direction le col du Pendu et le col de Meyrand. Je pars devant et je me teste dans les montées allant jusqu’à 9-10% car l’idée de faire le Ventoux par Bedoin et non par Sault commence à mûrir dans ma tête. 

Après le col de Meyrand, c’est la descente de 15km vers Valgorge, avec une belle vue sur tous les lacets en contrebas et surtout avec beaucoup de vent ! Première vraie descente pour ma part où j’essaye de lâcher les cocottes pour écraser les freins et ne pas faire d’écarts. Après 15km je ne sens ni mon dos, ni mes mains. C’est le bon moment pour pique-niquer puis repartir vers notre prochaine location au pied du mont Ventoux.Tout de même 870m de D+ sur 59km.

velovacances2021PAULINE 5velovacancesphotos2021PAULINE20210817 124957

J5 : Pas de vélo aujourd’hui, on va visiter les villages provençaux avec des amis de Cormeilles. On est très bien installés avec le Mont Ventoux qui nous nargue depuis la fenêtre de ma chambre -> objectif en vue, j’ai hâte de l’affronter !! C’est décidé, on partira de Bedoin pour plus de challenge pour tout le monde !

Balade à pied à Venasque, Gordes, Roussillon, le village des Bories. Tous magnifiques. Et là, c’est le drame ! Je cogne dans un plot et me retrouve pas terre, le genou en sang. On me relève, me donne de la glace, de l’arnica etc Mais je pleure sur le bas-côté, non pas de douleur mais parce que j’ai peur que ce soit fichu pour le défi du Ventoux du lendemain… La douleur s’atténue un peu mais reste vive quand on grimpe un peu trop… on verra demain !

Le soir, barbecue avec les amis, on mange bien malgré l’objectif du lendemain. Perso je reste à l’eau mais je vois Papa qui continue de profiter des bonnes bouteilles de vin (et je suis sûre qu’il va s’en plaindre demain !

J6 : C’est le grand jour avec l’ascencion du Mont Ventoux !

VELOVACANCES202120210821 132436

Réveil à 6h pour un départ à 7h30. Je tourne un peu le genou dans le vide, on va dire que ça passe. C’est parti pour le défi du jour que j’avais en vue depuis que j’ai repris sérieusement le vélo en 2019. 8km pour rejoindre Bedoin et s’échauffer à un faible dénivelé, puis 5 km à allure tranquille avant le virage de Saint-Estève et les fameux 9km à 9,4% avant le chalet Reynard, directement sur le plus petit pignon ! On se suit un court instant puis je reprends le devant. Heureusement, j’ai un petit groupe d’hollandais pas très loin derrière et leur voiture-balai qui les acclame de vive voix, ça fait du bien au moral ! Je dépasse rarement les 7,5km/h mais j’avance lentement mais sûrement, avec en tête le chalet Reynard. Les quelques passages à 7-8% sont satisfaisants alors qu’ils me semblaient bien difficiles en début de semaine. De nombreux cyclistes me doublent, avec souvent un mot encourageant. 2km avant le chalet, Anthony en voiture-balai me dépasse, ça me rebooste à bloc, j’imagine que les parents ne sont pas loin derrière ! Arrivée au chalet Reynard, petite photo par notre photographe. Je ne m’arrête pas et continue dans le fameux pierrier du sommet du Ventoux, j’ai l’impression d’avoir fait le plus dur même si je sais que les 2 derniers km sont terribles ! La pente diminue un peu, de quoi lâcher un ou deux pignons, les photographes professionnels s’enchainent et je sors mon plus beau sourire malgré l’effort et surtout pour ne pas regarder les lacets à 10% qui m’attendent. Allez le relais se rapproche, mais comment peut-il être encore à 3km ?! Je finis même par doubler des gens, aussi épuisés que moi. On finit pourtant par y arriver. Sommet atteint après 2h37 d’effort depuis Bédoin !

velovacances2021PAULINE 3

J’ai su après que les parents avaient fait un petit break au chalet Reynard. Ils ont roulé quasi tout le temps ensemble, sauf sur les 3 derniers km où Maman a pu dépenser ses derniers % de batterie pour un finish plus rapide. Maman me rejoint donc une dizaine de minutes plus tard, avec 3% de batterie.

velovacances2021PAULINEIMG 20210819

Papa lui n’avait plus aucune batterie (dans les jambes, pas électrique), je redescends de quelques mètres pour l’acclamer. Il arrive une petite dizaine de minutes après ; Après tout, ce n’est pas son premier Ventoux et on sait qu’il l’a déjà dévoré en 2h05 ! Petite séance photo au sommet pour immortaliser ce beau moment. Chacun est fier de sa performance ! Je redescends avec Maman par Sault alors que Papa repart en voiture, direction les gorges de la Nesque.

 

La descente de 25km est très agréable. Cela me donne même l’idée de remonter par Sault avant la fin des vacances, mais ce n’est qu’une idée comme ça… Je continue à vélo en solo dans les gorges, où on trouve un joli point de vue (après une jolie montée…) pour déjeuner. Puis descente à fond dans les gorges de la Nesque, très impressionnantes !

Ce soir, c’est repos bien mérité !

J7 : Aujourd’hui on abandonne les vélos, pour aller marcher dans le Toulourenc. Et oui, c’est une balade à pieds dans l’eau aujourd’hui. Original et surtout très beaux paysages. Puis balade à Vaison-la-Romaine, petite ville très charmante.

velovacances2021PAULINE 2

Ce soir on retrouve Claude notre ami cyclo cormeillais qui nous invite et nous fait profiter de sa jolie maison avec piscine et vue sur le Ventoux ! On a été très bien accueillis et surtout on a encore bien mangé et bien bu !

Personne n’est trop décidé sur le programme du lendemain, le tour du Ventoux à vélo, proposé au début du voyage, semble un peu trop long et éprouvant. Papa propose d’aller dans les dentelles de Montmirail et de rentrer par Malaucène, Claude est également partant. De mon côté, je suis clairement décidée à partir tôt et refaire le Ventoux, par Sault cette fois ! Je crois que ça les a tous impressionnés ! L’idée serait de se croiser ensuite dans les dentelles.

J8 : 2ème Ascencion du Mont Ventoux par Malaucène pour Pauline et promenade touristique à vélo de 65 kms pour les parents et notre ami Claude .

Nouveau réveil à 6h après une courte nuit ; Papa m’emmène à 3km de Sault pour 7h30. Petit passage à plat puis c’est reparti pour cette fois-ci 25km à 4,8% de moyenne. Comme prévu, sur les 12premiers kilomètres, la montée se fait tranquillement, autour de 5-6% et ne dépassant pas les 8%. Puis sur 7km avant le chalet Reynard, la pente tourne autour de 3% ce qui permet même de repasser au grand plateau ! J’y croise d’ailleurs quelques baudets qui broutent tranquillement. Il fait encore frais à cette heure matinale mais la montée sera plus agréable. Il n’y a encore pas beaucoup de motivés, surtout par ce côté puisque je n’ai été doublée que par 5 personnes pendant la montée. Passage au chalet Reynard au bout d’1h28, je suis en forme ! Petit sms aux parents, qui partent tout juste et qui changent le sens de leur balade pour m’attendre à Malaucène.

Allez, le plus dur arrive, maintenant je le connais. Je suis en pleine forme après cette montée tranquille et j’en profite même pour doubler quelques personnes. Il n’est que 9h10, soit une heure avant l’autre jour, et ça se sent en terme de chaleur et de fréquentation ! Je peux compter sur les doigts d’une main les gens qui m’ont doublée dans le final. Quelques photographes sont déjà là. La montée me semble beaucoup moins rude car je suis clairement moins fatiguée. J’arrive au bout de 43minutes, quasiment 5 de moins que la dernière fois ! 2h10 d’ascension au total pour cette fois ! Petit sms aux parents qui arrivent tout juste à Malaucène, petite photo puis la descente, beaucoup plus intense par Malaucène. De très beaux points de vue qui défilent à 50km/h.

velovacancesphoto2021PAULINEJ8SEULEvelovacancesphotos2021PAULINE20210819 113733

Je retrouve Claude, Papa et Maman, tous les trois en tenue du club. Ca recommence par une montée vers Suzette et le beau point de vue sur les dentelles de Montmirail. La route descend ensuite vers Beaumes de Venise, c’est charmant. La chaleur commence à être très pesante et le dénivelé n’en finit plus. On traverse plusieurs petits villages avant de quitter Claude à Bédoin. On remonte (encore…) jusqu’à Flassan avant de redescendre à la maison sous une chaleur étouffante.

1850m de dénivelé positif et 88km dans les pattes pour ma part (et tout de même 65km et 1050m de D+ pour Claude et les parents).

velovacancesphotos2021PAULINE20210821 111423velovacancesphotos2021PAULINEJ8111339

Claude nous retrouve le soir chez nous, pour qu’on débouche tous ensemble une bonne bouteille de bière du Ventoux, la 1912 bien sûr !

Les nuages arrivent et cachent le Ventoux, qui ne veut visiblement plus nous voir !

Le vélo c’est fini pour cette semaine, enfin je dis ça mais je repars avec mes sacoches lundi pour le Mont-Saint-Michel.

Quel sera le prochain défi ?!

Pauline

velovacancesphotos2021XAVIERPORTET

Vendredi 6 août, la fin des vacances dans les Pyrénées approche et il me reste une ascension à tenter : Le col de Portet, à 2215 mètres d’altitude, c’est le plus haut des Pyrénées françaises et il a été emprunté par le peloton du Tour de France cette année.

Le réveil sonne à 6h45, je regarde par la fenêtre, le ciel est bien bas et il tombe une petite bruine, ce n’est pas très engageant mais le site Météo France indique que ça va s’améliorer, faut y croire ! Je prends la voiture en direction de la vallée d’Aure et me gare à Sarrancolin. Le temps est gris mais il ne pleut plus, c’est parti pour 20 kilomètres d’approche en léger faux plat montant. Je laisse sur la gauche la route en direction du col de Peyresourde, à droite celle du col d’Aspin, un peu plus loin la Hourquette d’Ancizan, pas de doute, cette vallée, c’est bien le paradis du cycliste !

En arrivant à Saint-Lary j’aperçois au loin une longue rampe très raide, j’essaye de me rassurer en me disant que ça doit être l’autre route, celle en direction de l’Espagne. Mais non, c’est bien la route du Portet et le  premier panneau au pied du col annonce le programme : 16 kilomètres d’ascension à 8,7% de moyenne, le 1er kilomètre à 11%, sacré programme en perspective…Je roule tranquille, il faut en garder sous la pédale…. Le deuxième kilomètre est également annoncé à 11%, le 3ème à 10%, ça s’améliore ! Deux kilomètres plus loin j’arrive dans le village de Soulan, le seul du parcours et toujours pas de répit, c’est tout en pente ! À la sortie de Soulan, je rentre dans le nuage et une petite pluie fine se met à tomber. À ce moment, comme lors de chaque ascension difficile, je me demande ce que suis venu faire dans cette galère ! Heureusement, je suis rattrapé par un autre cycliste, on discute un peu, ça fait du bien.

Arrivé à Espiaube, je laisse sur la gauche la direction du Plat d’Adet et je m’engage sur la route de la zone pastorale. Bonne nouvelle, elle est fermée à la circulation automobile tout l’été de 10h à 15 h, tant mieux, car la visibilité est maintenant quasi nulle. Je suis à 1500 mètres d’altitude, il reste encore à parcourir 8 kms à  8,6% de moyenne pour gravir les 700 mètres de dénivelé restant. Les cyclistes qui redescendent n’apparaissent qu’au dernier moment dans le brouillard. L’un d’eux m’encourage : « accroche toi, tu vas bientôt voir le soleil ! » Je le remercie, ça me redonne de l’énergie. Effectivement, 3 kilomètres plus loin, je passe enfin au-dessus des nuages et je découvre alors le paysage magnifique, les sommets de plus de 3000 mètres, les prairies bien vertes, les troupeaux de  vaches et de brebis. Certaines d’ailleurs, sont couchées sur la route, on est vraiment dans une zone pastorale !

J’aperçois le sommet au loin, Il y a encore un bon bout de route. La montée est raide mais régulière, j’ai maintenant trouvé mon rythme de croisière. Le soleil, le ciel bleu azur et le panorama font oublier l’effort. La chaussée étroite n’est pas en très bon état, il y a des gravillons et de nombreux passages canadiens, il faudra être très prudent pour la descente !

Après un petit tunnel bien sombre traversé quasiment à l’aveugle un panneau annonce le sommet à 2 kilomètres, quelques longues minutes plus tard un petit virage à gauche, un dernier raidillon et là, bonne surprise,  c’est l’arrivée. J’ai dû rater le panneau du dernier kilomètre ! Au sommet l’ambiance est internationale, nos amis espagnols sont en nombre ce matin ! Chacun prend sa photo souvenir et reprend des forces avant la descente. Bilan : 16,2 kilomètres de grimpette en 1h50 (un petit peu plus que Pogacar et compagnie….), de la sueur et des jambes bien dures, mais une montée magnifique et des souvenirs plein la tête pour longtemps.

Un conseil : Venez explorer les belles pentes des Pyrénées, sans doute les plus belles montagnes du monde !

Xavier