Randonnées extérieures VTT 2018

Randonnées extérieures Cyclo 2018

1685

Après une semaine plutôt maussade, je regardais avec attention les prévisions de la météo pour le dimanche. Alors que la pluie n’avait pas beaucoup cessé la veille, le dimanche matin, belle surprise, le soleil est au rendez-vous, la chaussée est sèche mais il fait froid. Ce matin, nous sommes 22 derrière la gare et nous partons à 8h35 pour rejoindre les Vététistes de l’ASH VTT les hérissons. Le rendez-vous est à la passerelle bleue de Montigny qui enjambe l’A15. Une fois n’est pas coutume, c’est moi qui emmène le groupe. Nous sommes pilepoil à l’heure, Fabien nous rejoint et nous attendons nos amis d’Herblay qui ont un peu de retard. Ça y est, nous voilà repartis pour la forêt de Montmorency. Nous passons par la coulée verte de Montigny, le bois des Eboulures et dans la foulée, le bois de Boissy. A quelques encablures de l’A115, Benoit prend le relais. Regroupement à l’entrée de la forêt et c’est reparti. Nous enchaînons par la montée vers le pont du diable et après une bonne heure de zigzags, nous approchons du château de la Chasse. Sur le chemin, nous retrouvons Hamid qui était arrivé en retard à la gare. Il est déjà 10h30, heure à laquelle nous avions prévu d’arriver au parking du château de la Chasse. Petit contre temps, un hérisson vient de crever, nous serons un peu plus en retard, nous n’arriverons qu’à 10h50 au parking. Surprise pour tout le monde ou presque, nous avons prévu un ravitaillement et Evelyne, Maud, Dominique, Emma et Raphaël sont là pour nous accueillir. Café, jus d’orange, chocolat, pâtes de fruit, pain d’épice et la superbe brioche de Gilles (2.5 kg et 1 m de long).

DSCN6173R

Après cette pause, il est temps de repartir. Un premier groupe part devant avec Benoit et les hérissons de Jean-Pierre. Didier qui a crevé, finit de réparer avec l’aide d’Hamid et sans tarder, nous prenons le chemin du retour. Dure, dure la reprise après ce bon ravito et en plus, nous nous sommes refroidis. Nous rejoignons le 1er groupe à quelques encablures de Taverny. Pourtant, on les croyait loin devant. Anthony vient de faire une chute dans une descente, il est assis et les copains s’occupent de lui. Il reprend vite ses esprits et remonte sur son vélo. Nous repartons tous ensemble direction Cormeilles …..

Encore une belle matinée en compagnie de nos amis les Hérissons de l’ASH.

Merci à l’équipe du ravitaillement : Evelyne, Dominique, Maud et ses gamins (Emma et Raphaël). Ce ravitaillement était vraiment très sympa.

DSCN6154RDSCN6155R

Pour Anthony, finalement plus de peur que mal. Rien de cassé. Juste une élongation des ligaments et un bras immobilisé pendant une semaine. Comme il dit, ça m’apprendra de chambrer les prudents qui préfèrent descendre à pied et de sous-estimer certaines descentes.

Robert

Mon projet de rouler seul se réalise enfin avec la douceur de l’automne. Mon parcours est fixé depuis quelques temps : ce sera la Normandie, facile d’accès par le train pour 3 jours.

Les affaires sont prêtes. Le vélo pèse 19kg avec le sac à dos et 2 sacoches (selle et guidon). Le minimum vital est rangé, avec le GPS et la tablette Samsung. Lundi 9 Novembre vers 10h, je quitte la maison pour la gare de Cormeilles et rencontre notre Président (Robert D et non François H) !! Dur de voyager discrètement…

Lundi 9 Novembre :

Je monte dans le train pour Rouen à 10h50 pour 1h10 de transport. Arrivé à Rouen, je me change et prends la route de Dieppe sous un beau soleil, il faut monter la côte de Dieppe, assez pentue, pour accéder au plateau, et là, vent dans le dos, je file tranquillement sur Dieppe, distant de 60 km. Sur la départementale, un normand a bien failli m’écraser ; se croyant seul, il débouche sur ma droite sans respecter d’arrêt… !

DSC05687DSC05688

Puis, je m’étonne de couper une voie verte avec un gonfleur à air pour vélo à la gare d’Offrainville. Descente sur Dieppe, je rejoins mon hôtel et vais me promener à pied en bord de mer. Une Chimay brune sur le port fera l’affaire pour me désaltérer. Resto et dodo car la journée de demain sera longue.

Mardi 10 Novembre : Départ de Dieppe à 8h00 pour le Havre par la côte. 120 km avec 1 200 m de dénivelé positif, et surtout vent de face. Je longe donc la côte au plus près de la mer en traversant St Valéry en Caux, Fécamp et Etretat où je bois un chocolat chaud face à la célèbre découpe de falaise. Là, des surfeurs s’amusent sur les vagues…

DSC05696DSC05698

90 km en montant et descendant le long des falaises, et traversée des petits ports ; la fatigue s’installe et le vent ne diminue pas. Les 30 derniers kilomètres se font sur une départementale plus plate, par laquelle j’arrive en haut du Havre. Je rejoins mon hôtel près des bassins du centre-ville qui n’est pas très pittoresque. Tout est rectangulaire et bétonné, la ville a été détruite pendant la guerre… Une journée sportive car les côtes sont assez dures et le vent est usant.

Un bon repos le soir pour attaquer le final jusqu’à Caen.

Mercredi 11 Novembre : Départ du Havre pour Caen à 8h30, et je rejoins le prestigieux pont de Normandie long de 2,2 km avec une piste cyclable et une voie piétonne. Nous sommes un jour férié et la circulation est faible, heureusement, sinon ce serait dangereux. Je me dirige vers la zone portuaire et par chance je rencontre 5 cyclos Havrais qui vont traverser le pont, et donc me guident jusqu’à lui à bonne allure : + 30 km/h vent dans le dos…

DSC05703DSC05708

Aucun camion, peu de voitures je monte le pont de Normandie après 15 km dans la ville, c’est impressionnant, on se sent tout petit, le vent latéral faible ne me gêne pas, la descente sur l’autre rive de la Seine se fait facilement. Puis je longe l’embouchure de la Seine jusqu’à Honfleur, puis Trouville, Deauville, et Cabourg où je croise un cyclo du club de Sartrouville !

Peu de vent mais deux belles bosses 8 à 10 %, on se croirait à la montagne à Villers sur mer ! Le temps est ensoleillé, je file sur Ouistreham par la piste cyclable et vais traverser le célèbre pont de Bénouville « Pegasus Bridge », pont pris par les soldats britanniques à l’occupant, la veille du débarquement pour permettre l’accès aux troupes alliées.

DSC05709DSC05720

Pour rallier Caen, j’emprunte un chemin de halage le long du canal de Caen à la mer, sur 10kms. Arrivé à la gare de Caen, j’ai un train en début d’après-midi pour St Lazare. Je rentre à la maison vers 17h avec une impression de grand dépaysement, une météo clémente sans pluie et peut-être une envie d’autres virées en solo.

Au total 270 km, 2 000m de D+ et 21 Km/h de moyenne.

J’en profite pour faire un clin d’œil à Jean-Marc (Jacquot) avec qui nous avions participé à Bordeaux-Paris et qui me racontait son expérience en solo sur plusieurs jours, au mécano du club (dit le petit Alain) qui m’a monté mon 2ème vélo « look » et aux cyclos de Cormeilles pour l’entraînement du dimanche.

Nicolas